Mouvement Démocrate: Conseil National, conséquences locales

Écrit par Jonathan Biteau

1434C6F1 7266 470F 865F A5AF95599A72


Samedi 10 mars s’est tenu à Paris notre premier conseil national depuis le renouvellement de nos instances. En tant que représentant du Lot-et-Garonne, je m’y suis rendu avec curiosité et enthousiasme. L’événement était auréolé d’un lustre que notre parti n’avait plus connu depuis longtemps. Nos deux Ministres étaient présentes, Jacqueline Gourault et Geneviève Darrieussecq, ainsi que le président de notre groupe à l’Assemblée Nationale, Marc Fesneau, la présidente de la commission des affaires étrangères, Marielle De Sarnez, et évidemment François Bayrou. Je n’oublie pas non plus notre Secrétaire Général, Yann Wehrling, et de nombreux élus  : députés, sénateurs, conseillers régionaux, départementaux et maires. Le cœur du Centre battait au 133 bis rue de l’Université ce jour-là. Il serait trop long de relater l’ensemble des échanges tant ils furent riches et variés durant toute la matinée.


Je retiendrai trois points essentiels : tout d’abord les élections européennes seront la prochaine échéance électorale en 2019. Nous aurons donc une liste commune avec En Marche, vraisemblablement nationale, si la modification du mode de scrutin se confirme. Excellente nouvelle : il ne pouvait en être autrement entre les deux piliers de la majorité présidentielle qui partagent la même vision du projet européen. Comme pour les législatives, l’arithmétique des candidatures sera délicate et il y aura de nombreuses déceptions, cependant ces questions ne doivent pas nous écarter de notre responsabilité historique lors de ce scrutin où nous représenterons la seule offre 100% pro-européenne. Cet enjeu nous dépasse largement.


Ensuite, François Bayrou a rappelé la nécessité pour la majorité présidentielle de bâtir un projet social qui soit le miroir du projet économique du Président de la République. Ici encore, le rôle de notre famille politique et de nos parlementaires sera déterminant pour instiller les marqueurs d’une meilleure répartition des richesses et d’une lutte contre les inégalités. Le maire de Pau a déjà tenu ce discours lors de la réforme de l’Isf et de la Csg : j’adhère entièrement à ses propos qui me paraissent pertinents et porteurs de sens au sein de la majorité présidentielle.


Puis, François Bayrou a conclu avec les futures élections municipales de 2020, un sujet qui nous intéresse tous. Ces élections seront la base du renouvellement de notre démocratie locale. Avec la fin du cumul des mandats et la future réforme de nos institutions, une partie importante du personnel politique local cédera sa place. Notre président nous a donc exhortés à être facteurs de rassemblement pour ces échéances car elles seront forcément difficiles pour le pouvoir en place, comme souvent les élections intermédiaires. Ses mots ont fait écho chez moi à notre initiative lot-et-garonnaise, Confluences 47, qui a pour but de réunir les progressistes en allant des sociaux-démocrates jusqu’à la droite constructive, en passant par les Radicaux, les Centristes, les Marcheurs et la société civile. Tout ceci dans l’objectif de réfléchir ensemble à l’avenir de notre territoire. En Dordogne, une démarche similaire a été initiée avec l’Union des Centres. Je suis convaincu que ces propositions de rassemblement, au-delà de nos chapelles, seront la clé pour les succès locaux de demain.

Enfin, je retiens une citation de ce Conseil National : « en politique, la passion est plus forte que la raison ». La passion peut parfois aveugler, elle peut aussi pousser à faire des mauvais choix, mais elle demeure ce moteur inépuisable qui nous anime autour de si beaux enjeux : la chose publique et l’intérêt général. 

Jonathan Biteau

Conseiller National du Mouvement Démocrate