La parole aux Tonneinquais

Écrit par Jonathan Biteau

 

C’est par le cœur que j’ai découvert Tonneins en 2003, grâce à ma compagne et ses parents, qui vivent toujours avenue de Lanauze. Avant cela, je ne connaissais de Tonneins que la Seita et sa fermeture, qui avait tristement fait la une des journaux. Or, depuis 15 ans, j’ai appréhendé une réalité tonneinquaise paradoxale. Tonneins est dotée d’une histoire et d’un patrimoine particulièrement riche et, en même temps, les Tonneinquais sont encore profondément marqués par la fermeture de la Manufacture, la disparition de ses 400 emplois et l’abandon de ses impressionnants bâtiments en plein centre-ville. Lorsque j’étais directeur de cabinet, j’ai même été frappé par une forme de pessimisme ambiant et de sentiment de déclassement. Pourtant, Tonneins a des atouts indéniables : son emplacement géographique central, un tissu industriel remarquable, une façade sur les quais de Garonne exceptionnelle entre Bordeaux et Toulouse, un monde associatif dynamique, un très bel environnement etc. Convaincu de ses richesses, c’est à Tonneins que j’ai installé mon activité professionnelle de conseil et je nourris d’autres projets pour l’avenir car je crois profondément à son potentiel. Et je sais ne pas être le seul.

Ainsi, au fil des années, j’ai pu mesurer l’appétence des Tonneinquais pour leur ville, l’envie qu’elle retrouve son lustre d’antan et la volonté de participer à un nouvel essor. Il suffit de demander à chaque Tonneinquais son idée pour la reconversion de la Manu, vous obtiendrez 9000 réponses différentes. C’est pourquoi j’ai participé à la création d’un groupe de réflexion tonneinquais avec l’association Confluences 47. Cette association a pour but de rassembler les citoyens lot-et-garonnais désireux de s’investir pour leur territoire (voir confluences47.fr ). Ce groupe de Confluences 47 souhaite donc alimenter le débat public et la réflexion commune sur Tonneins. Pour ce faire, nous vous proposons un questionnaire qui recouvre différents domaines de la vie de la cité. Toutes les questions sont ouvertes, il est possible de répondre anonymement et les résultats seront publiés en septembre prochain. Une version papier a également été distribuée dans beaucoup de boîtes aux lettres tonneinquaises. Pour ma part, je suis d’ores et déjà curieux d’en voir les résultats car je fais partie de ceux qui croient que les idées mènent le monde. Et des idées, il y en a à Tonneins, il suffit juste de se donner la peine d’écouter. Alors soyons tout ouïe :

Lien questionnaire

 

Jonathan Biteau